Aller au contenu principal

Le Conseil des droits de l’homme tiendra le jeudi 24 novembre une session extraordinaire sur la détérioration de la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran

Communiqués de Presse

Le Conseil des droits de l’homme tiendra le jeudi 24 novembre une session extraordinaire sur « la détérioration de la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran ». La session extraordinaire a été convoquée à la suite d’une demande officielle présentée dans la soirée de vendredi dernier, 11 novembre, par l’Allemagne et l’Islande, et soutenue à ce stade par 44 pays.

La convocation d’une session extraordinaire du Conseil exige le soutien d’au moins 16 États membres du Conseil, soit un tiers des 47 membres de cette instance. A ce stade, la demande de convocation de cette session extraordinaire a été soutenue par les 17 membres du Conseil ci-après : Allemagne, Argentine, États-Unis, Finlande, France, Iles Marshall, Japon, Lituanie, Luxembourg, Mexique, Monténégro, Paraguay, Pays-Bas, République de Corée, République tchèque, Royaume-Uni, Ukraine.

La demande de convocation a également été soutenue par les 27 États observateurs suivants : Albanie, Andorre, Australie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Canada, Chili, Chypre, Colombie, Costa Rica, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Irlande, Islande, Lettonie, Liechtenstein, Malte, Monaco, Norvège, Nouvelle-Zélande, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Suède.

La liste des États signataires restera ouverte jusqu’à la tenue de la session extraordinaire.

Cette trente-cinquième session extraordinaire du Conseil – la deuxième de l’année – se tiendra le jeudi 24 novembre à partir de 10 heures dans la salle XX du Palais des Nations à Genève. Les débats seront diffusés en direct sur webtv.un.org (webcast).

En vue de la tenue de cette 35ème session extraordinaire, le Conseil tiendra une réunion d’organisation mercredi 23 novembre, à 15 heures.

 

Ce document produit par le Service de l’information des Nations Unies à Genève est destiné à l'information ; il ne constitue pas un document officiel.

Les versions anglaise et française de nos communiqués sont différentes car elles sont le produit de deux équipes de couverture distinctes qui travaillent indépendamment.

 

HRC22.121F