Aller au contenu principal

Le Conseil des droits de l’homme tiendra le 12 février une session extraordinaire consacrée aux « implications pour les droits de l’homme de la crise au Myanmar »

Press Release

 

Le Conseil des droits de l'homme tiendra ce vendredi 12 février 2021 une session extraordinaire consacrée aux « implications pour les droits de l’homme de la crise au Myanmar ».

Cette session extraordinaire est convoquée à la suite d’une demande officielle présentée par le Royaume-Uni et l’Union européenne, et soutenue par les dix-neuf États membres du Conseil suivants : Allemagne, Argentine, Autriche, Bahamas, Brésil, Bulgarie, Danemark, France, Îles Marshall, Italie, Japon, Malawi, Mexique, Pays-Bas, Pologne, République de Corée, République tchèque, Royaume-Uni et Ukraine.

La convocation d'une session extraordinaire du Conseil exige le soutien d'au moins 16 États membres, soit un tiers des 47 membres du Conseil.

La demande de convocation de cette session extraordinaire est également soutenue par les vingt-huit États observateurs suivants : Australie, Belgique, Canada, Chypre, Croatie, Espagne, Estonie, Finlande, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monaco, Norvège, Nouvelle-Zélande, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Turquie et Etats-Unis.

La liste des signataires [soutenant la tenue de cette session] restera ouverte jusqu'à la tenue de la session extraordinaire.

Cette vingt-neuvième session extraordinaire du Conseil se tiendra donc le 12 février, à partir de 10 heures, dans la Salle des Assemblées du Palais des Nations de Genève. Cependant, en raison des restrictions imposées par la COVID-19, la majorité des interventions seront faites de manière virtuelle. Les débats seront diffusés en direct sur webtv.un.org.

En vue de cette vingt-neuvième session extraordinaire, le Conseil tiendra une réunion d’organisation jeudi 11 février, à 15 heures. Cette séance sera publique et également retransmise par webcast.

 

 

HRC21.001F