Aller au contenu principal

Le CEDAW clôt les travaux de sa quatre-vingt-unième session en se disant « profondément préoccupé par l’attaque militaire contre l’Ukraine »

Comptes rendus de séance

 

Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a clos, ce matin, les travaux de sa quatre-vint-unième session au cours de laquelle il a examiné les rapports présentés, au titre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, par huit pays : Gabon, Panama, Sénégal, Ouganda, Ouzbékistan, Pérou, Liban et République dominicaine.

Les observations finales adoptées par le Comité concernant la mise en œuvre de la Convention dans chacun de ces huit pays seront disponibles ultérieurement sur la page du site web du Haut-Commissariat aux droits de l’homme consacrée à cette session du Comité.

Dans sa déclaration de clôture de la session, ce matin, la Présidente du Comité, Mme Gladys Acosta Vargas, a indiqué que le Comité était « profondément préoccupé par l’attaque militaire contre l’Ukraine, l’un des 189 États parties à la Convention ». « Nous sommes particulièrement préoccupés par la grave situation des femmes et des filles en Ukraine, dont les vies et la sécurité sont menacées », a insisté la Présidente du Comité. « Nous exhortons les parties au conflit armé à mettre un terme aux hostilités, à retourner à la table de négociation et à assurer l’égale participation des femmes dans les processus de paix, conformément à la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité et à la recommandation générale n°30 (2013) du Comité sur les femmes dans la prévention des conflits, les conflits et les situations d’après conflit», a déclaré Mme Acosta Vargas.

S’agissant des travaux de la session du Comité qui s’achève aujourd’hui, Mme Acosta Vargas a notamment indiqué que le Comité était très satisfait de l’engagement – durant cette session – des ONG locales de la plupart des Etats parties dont les rapports ont été examinés au cours de la session. La Présidente a également salué la participation d’une institution nationale des droits de l’homme et la collaboration de nombreuses entités des Nations Unies et autres organes intergouvernementaux.

La Présidente a d’autre part indiqué que le Comité avait adopté durant cette session six décisions sur des communications (plaintes individuelles) qui lui étaient soumises au titre du Protocole facultatif à la Convention (qui institue une procédure de plainte devant le Comité).

Le Groupe de travail chargé des femmes et filles autochtones a en outre pu examiner les commentaires reçus de différentes parties prenantes en réponse à la demande de commentaires qu’avait adressée le Comité dans le cadre du processus de consultation en ligne sur le projet initial de recommandation générale sur les droits des femmes et filles autochtones, a par ailleurs indiqué la Présidente du Comité.

Ce matin, le Comité a adopté ad referendum son rapport sur les travaux de cette session.

La liste des pays qui seront examinés lors de la quatre-vingt-deuxième session du Comité, en juin prochain, sera communiquée ultérieurement.

 

Ce document produit par le Service de l’information des Nations Unies à Genève est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel.

Les versions anglaise et française de nos communiqués sont différentes car elles sont le produit de deux équipes de couverture distinctes qui travaillent indépendamment.

 

CEDAW22.012F