Aller au contenu principal

Le Conseil des droits de l’homme tiendra le 17 décembre une session extraordinaire consacrée à « la situation grave des droits de l’homme en Éthiopie »

Meeting Summaries

 

Le Conseil des droits de l'homme tiendra vendredi prochain, 17 décembre 202, à partir de 10 heures, une session extraordinaire consacrée à « la situation grave des droits de l’homme en Éthiopie ».

Diffusée en direct sur le web dans six langues de l'ONU, la session se déroulera, selon un format virtuel hybride, depuis la salle XVIII du Palais des Nations. En raison de la COVID-19, la plupart des interventions se feront en ligne ; les médias sont donc encouragés à suivre la réunion sur le web.

Cette session extraordinaire est convoquée à la suite d’une demande officielle présentée par l’Union européenne.

La convocation d'une session extraordinaire du Conseil exige le soutien d'au moins un tiers des membres de cette instance (soit au moins seize des 47 États membres du Conseil). À ce stade, la demande de convocation de la présente session est soutenue par les dix-sept membres du Conseil ci-après : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Danemark, Fidji, France, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Pologne, Îles Marshall, République de Corée, République tchèque, Royaume-Uni, Ukraine et Uruguay.

La demande de convocation est également soutenue par les 36 États observateurs suivants : Albanie, Australie, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Canada, Chili, Chypre, Colombie, Costa Rica, Croatie, Équateur, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, Grèce, Honduras, Hongrie, Irlande, Islande, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monaco, Monténégro, Macédoine du Nord, Norvège, Nouvelle-Zélande, Paraguay, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Suède.

La liste des signataires restera ouverte jusqu'à la tenue de la session extraordinaire.

Le Conseil tiendra une réunion d’organisation mercredi 15 décembre à midi. Cette séance sera publique et également retransmise par webcast.

Il s’agit de la trente-troisième session extraordinaire du Conseil des droits de l’homme, et de la cinquième en 2021, après celles du 12 février dernier, qui était consacrée aux implications pour les droits de l’homme de la crise au Myanmar ; du 27 mai, consacrée à la situation des droits de l’homme dans le Territoire palestinien occupé ; du 24 août, consacrée à la situation grave et aux préoccupations en matière de droits de l’homme en Afghanistan ; et du 5 novembre, qui avait porté sur l’implication sur les droits de l’homme de la situation actuelle au Soudan.

 

Ce document produit par le Service de l’information des Nations Unies à Genève est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel.

Les versions anglaise et française de nos communiqués sont différentes car elles sont le produit de deux équipes de couverture distinctes qui travaillent indépendamment.

 

HRC21.154F