Aller au contenu principal

Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale ouvre les travaux de sa cent cinquième session

Meeting Summaries

 

Ce matin, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale a ouvert à Genève les travaux de sa cent cinquième session en adoptant son ordre du jour tel que révisé oralement et en entendant une déclaration de M. Mahamane Cissé-Gouro, Directeur de la Division du Conseil des droits de l'homme et des mécanismes de traités au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

M. Cissé-Gouro a exprimé l’espoir que le Comité continuerait de se concentrer sur la COVID-19, étant donné que la distribution des vaccins contre la COVID-19 est loin d'être équitable parmi les populations au sein et entre les États, et étant donné que la pandémie pose encore des défis au regard du traitement inégal que subissent les personnes les plus vulnérables, telles que les peuples autochtones, les personnes d'origine africaine, les personnes d'origine asiatique, les migrants, les demandeurs d'asile et les réfugiés.

Au-delà de la pandémie, a poursuivi M. Cissé-Gouro, conflits et pauvreté contraignent des personnes à quitter leur foyer à la recherche d'une existence meilleure et durable ailleurs. Parfois, ces personnes font l'objet de trafics et sont soumises à des difficultés considérables et à un rejet en cours de route. Les discriminations raciales, religieuses et autres exacerbent ces difficultés, ce qui met ces personnes dans des situations souvent intolérables. À cet égard, la communauté internationale – et en particulier le Comité – doit rappeler aux États leurs obligations en vertu du droit international des droits de l'homme. La procédure d'alerte du Comité est un outil utile pour réagir à de telles situations, a dit M. Cissé-Gouro.

De même, les personnes exclues de la mutation numérique risquent d'être piégées dans l'exclusion, la pauvreté et l'inégalité, a-t-il poursuivi. En outre, a-t-il ajouté, lorsque l'intelligence artificielle applique – sciemment ou non – des stéréotypes raciaux, les avantages potentiels de la technologie risquent de se retourner contre certains segments de la population. Cette question a été traitée par le Comité dans sa recommandation générale sur le profilage racial ( publiée en janvier 2021). Le Haut-Commissariat a organisé un webinaire afin de contribuer à la sensibilisation à cette recommandation générale et d'autres webinaires sont prévus pour l'année prochaine, a fait savoir M. Cissé-Gouro.

M. Cissé-Gouro a ensuite indiqué qu’à sa session de septembre 2021, le Conseil des droits de l'homme avait donné suite au rapport de la Haute-Commissaire sur la justice raciale et au programme transformateur pour la justice et l'égalité raciales Le Conseil a ainsi chargé sa Présidente de nommer les experts indépendants membres du mécanisme international qui examinera le racisme systémique auquel sont confrontés les Africains et les personnes d'ascendance africaine dans l'application de la loi et le système de justice pénale.

Au cours de la même session, le Conseil a adopté une résolution condamnant la résurgence des manifestations violentes du racisme dues à des idéologies scientifiquement fausses, moralement condamnables et socialement injustes, de même que par des idéologies nationalistes et populistes extrémistes. Le Conseil a souligné qu'il était impératif d'adhérer universellement à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, y compris à la procédure de communication individuelle (plainte) du Comité.

M. Cissé-Gouro a ensuite salué le travail des membres sortants du Comité, M. Silvio Albuquerque, M. Marc Bossuyt, Mme Rita Izsák-Ndiaye et Mme Keiko Ko.

Durant cette session, qui se tient en présentiel à Genève jusqu’au 3 décembre prochain sous la présidence de Mme Yanduan Li, le Comité doit successivement examiner les rapports présentés par la Suisse, Singapour, la Thaïlande, le Danemark et le Chili concernant l’application par ces pays de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Ce matin, Mme Li a remercié le Haut-Commissariat d’avoir mis à disposition les moyens nécessaires pour organiser à nouveau les séances du Comité en personne.

La documentation relative à cette session est disponible sur la page Internet du site du Haut-Commissariat aux droits de l’homme consacrée aux travaux du Comité.

Le Comité entamera demain après-midi, à partir de 15 heures, l’examen du rapport de la Suisse (CERD/C/CHE/10-12).

 

Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel.
Les versions anglaise et française de nos communiqués sont différentes car elles sont le produit de deux équipes de couverture distinctes qui travaillent indépendamment.

 

CERD21.008F