Aller au contenu principal

LE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES DROITS DES TRAVAILLEURS MIGRANTS CONCLUT LES TRAVAUX DE SA VINGT-NEUVIÈME SESSION

Press Release
Il a examiné les rapports du Mozambique et de Madagascar

Le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille a terminé cet après-midi les travaux de sa vingt-neuvième session, qui se tient depuis le 3 septembre à Genève. Au cours de cette session, le Comité a examiné les rapports du Mozambique et de Madagascar sur l'application de la Convention internationale sur la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Les observations finales du Comité concernant le Mozambique et Madagascar seront disponibles sous peu sur la page web de la session.

À l'ouverture des travaux de la présente session, le Comité a approuvé la nomination par l'Algérie de M. Lazhar Soualem comme membre du Comité jusqu'à la fin du mandat de Khedidja Ladjel, experte algérienne du Comité décédée avant le début de la session. Le Comité a par ailleurs élu M. Alvaro Botero Navarro comme rapporteur du Comité.

Le Président du Comité, M. Ahmadou Tall, a par ailleurs indiqué qu'au cours de cette session, outre l'examen de la mise en œuvre de la Convention dans les deux pays à l'ordre du jour, le Comité avait aussi adopté des «listes de points à traiter» par la Bosnie-Herzégovine et la Colombie lors de la présentation prochaine de leurs rapports; ainsi que des «listes de points à traiter» avant la soumission des rapports de l'Azerbaïdjan et du Venezuela.

Le Comité a, par ailleurs, tenu des réunions avec des représentants de l'Organisation internationale pour les migrations, ainsi qu'avec deux titulaires de mandats du Conseil des droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur les droits de l'homme des migrants et le Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'homme, qui ont fourni aux experts des informations importantes sur leurs activités. M. Tall a rappelé que le Comité avait aussi fait le point sur le processus du Pacte mondial sur les migrations et sur les activités du Haut-Commissariat aux droits de l'homme s'agissant des migrations.

Le Comité a par ailleurs adopté la procédure harmonisée commune de suivi des observations finales, décisions et constatations contenue dans l'annexe II du rapport des Présidents des organes conventionnels des droits de l'homme portant sur les travaux de leur trentième réunion, qui s'est tenue à New York du 28 mai au 1er juin 2018. Le Comité a également approuvé la déclaration sur les défenseurs des droits de l'homme des Nations Unies, adoptée par les Présidents des organes conventionnels.

Au cours de la session, le Comité a tenu une réunion avec les États et d'autres partenaires pour discuter des différentes activités du Comité. Suite à cette réunion, des lettres ont été envoyées aux États les invitant à signer et/ou ratifier la Convention si cela n'avait pas encore été fait.

Le Comité a en outre adopté une note conceptuelle en vue de l'élaboration d'un projet d'observation générale portant sur le droit à la liberté des migrants et à la protection contre la détention arbitraire (future observation générale n°5).

Le Comité a aussi adopté une déclaration conjointe avec la Commission interaméricaine des droits de l'homme et des experts des Nations Unies sur la situation des migrants vénézuéliens, ainsi qu'un communiqué de presse commun avec le Comité des droits de l'enfant sur le même sujet.

Le Comité a par ailleurs poursuivi ses travaux sur la question des représailles et a notamment assuré le suivi avec une mission permanente à Genève, a expliqué le Président du Comité.


Lors de sa trentième session, qui se tiendra du 1er au 12 avril 2019 à Genève, le Comité doit examiner les rapports de l'Albanie, du Guatemala, de la Libye et du Tadjikistan.


Ce document est destiné à l'information; il ne constitue pas un document officiel

CMW18/11F