Aller au contenu principal

La Conférence du désarmement achève son débat thématique au titre de la prévention d’une course aux armements dans l’espace

Meeting Summaries

 

La Conférence du désarmement a achevé ce matin, sous la présidence de l’Ambassadeur Salomon Eheth du Cameroun, son débat thématique, entamé mardi, au titre de la prévention d’une course aux armements dans l’espace.

Au cours de cette séance, plusieurs délégations ont déclaré que, pour l’intérêt de tous, l’utilisation de l’espace, en tant que patrimoine commun de l’humanité, doit rester exclusivement pacifique. Il faut éviter la militarisation de l’espace au profit d’un petit nombre d’États, a-t-il été souligné. Une délégation a fait observer que la vulnérabilité des États aux perturbations de leurs capacités spatiales croît. Ainsi, tous les États ont-ils la responsabilité de s'abstenir d'activités qui pourraient compromettre l'objectif commun de préserver un environnement spatial pacifique, sûr, stable et durable, a-t-il été rappelé.

Le seul moyen d’éviter le placement d’armes dans l’espace est la négociation d’un traité juridiquement contraignant, ont estimé plusieurs délégations, affirmant qu’il s’agit là d’un sujet mûr au sein de la Conférence. A cet égard, le projet sino-russe de traité relatif à la prévention du déploiement d’armes dans l’espace (PPWT) est une bonne base de négociations, ont affirmé certaines délégations. D’autres délégations ont en revanche estimé que le flou entourant ce projet, notamment du fait de l’absence de définitions, pouvait avoir comme conséquence d’accroître l’insécurité dans l’espace.

Plusieurs délégations ont souhaité que les pays qui bloquent les négociations au titre de la prévention d’une course aux armements dans l’espace s’expliquent en exposant leurs justifications. Une délégation s’est montrée en désaccord avec ceux qui soutiennent que les technologies spatiales ne peuvent pas être vérifiées.

Plusieurs délégations ont estimé que la résolution 75/36 de l'Assemblée générale des Nations Unies constitue une voie prometteuse pour améliorer la sécurité de l'espace. De nombreux points doivent encore être précisés et il serait particulièrement utile de faire avancer les discussions à ce sujet au sein d'un organe mandaté par les Nations Unies, a-t-il été dit ; les discussions dans le cadre de cet organe devraient viser à parvenir à une compréhension commune de ce que constitue un comportement responsable ou irresponsable, ainsi qu’à des résultats concrets adoptés et mis en œuvre par tous les États Membres des Nations Unies.

Les délégations des pays suivants ont pris part à ce débat : Norvège, Malaisie, Indonésie, Pakistan, Iran, Suisse, Syrie, Afrique du Sud et Mexique.

En fin de séance, la Fédération de Russie et les Etats-Unis ont exercé leur droit de réponse.

La prochaine séance publique de la Conférence du désarmement aura lieu le mardi 8 juin prochain à 10 heures et sera consacrée à un débat thématique sur le point 4 de l’ordre du jour, consacré aux arrangements internationaux efficaces pour garantir les Etats non dotés d’armes nucléaires contre l’emploi ou la menace de ces armes.

 

DC21.027F