Aller au contenu principal
Le site web des Nations unies à Genève est en phase de test, ce qui signifie que nous sommes encore en train de l'adapter et de corriger des erreurs. Veuillez prendre quelques instants pour nous faire part de vos commentaires !

Le désarmement et la non-prolifération sont des outils indispensables à l'instauration d'un environnement de sécurité propice au développement humain, ainsi que le demandent la lettre et l'esprit de la Charte des Nations Unies. Chaque année, le Palais des Nations accueille de nombreux participants à des rencontres consacrées au désarmement.

 

 

Branche de Genève du Bureau des affaires de désarmement

 

UNODARassemblant un large éventail d'organisations et d'entités, ainsi qu'une large représentation de la société civile, L'ONU Genève est un lieu central de la diplomatie internationale dans le domaine du désarmement. La branche de Genève du Bureau des affaires de désarmement apporte un soutien technique et organisationnel à de nombreux accords multilatéraux sur le désarmement. Pour plus d'informations sur les efforts de désarmement soutenus par les Nations Unies: https://www.un.org/disarmament.fr. Pour accéder aux informations sur les réunions et les activités: https://meetings.unoda.org/.

CONVENTIONS ET TRAITÉS BASÉS À GENÈVE

Le désarmement et la non-prolifération restent des outils indispensables afin de créer un environnement de sécurité favorable au développement humain, comme incorporé dans la lettre et l'esprit de la charte des Nations Unies. L'Office des Nations Unies à Genève continue d'être un endroit important pour la diplomatie internationale dans ce domaine. Elle est le siège de la Conférence du désarmement et soutient une série d'accords multilatéraux de désarmement, ainsi que des conférences liées au désarmement, via la branche de Genève du bureau des affaires de désarmement.

La Conférence du Désarmement (CD) a été constituée en 1979 en tant qu'instance multilatérale unique de la communauté internationale pour les négociations dans le domaine du désarmement. Le Directeur général de l'Office des Nations Unies à Genève remplit les fonctions de Secrétaire général de la Conférence du désarmement et de représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU à la Conférence.

La Convention sur les mines anti-personnel (APLC pour Anti-Personal Landmine Convention en anglais) est le Traité qui, pour des raisons humanitaires, interdit l’emploi, le stockage, la production et le transfert des mines antipersonnel et leur destruction. Il vise ainsi à mettre fin aux souffrances et aux pertes causées par les mines antipersonnel, qui tuent ou mutilent des milliers de civils innocents chaque année, font obstacle au développement économique et à la reconstruction, et empêchent le rapatriement des réfugiés et des personnes déplacées.

La Convention sur les armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines (BTWC), est le premier traité multilatéral de désarmement bannissant une catégorie entière d’armes. Cette Convention est le résultat d'efforts soutenus de la part de la communauté internationale. Toutes les réunions de la Convention sur les armes chimiques se tiennent à Genève et sont assurées par l'Unité d'appui à la mise en œuvre de la Convention sur les armes biologiques, au sein de la branche de Genève du bureau des affaires de désarmement.

La Convention sur les armes à sous-munitions a été conclue à Dublin en 2008. Les tâches accomplies par le Secrétaire général des Nations Unies sont contenues dans le texte des conventions et dans les résolutions pertinentes de l'Assemblée générale. Ces tâches comprennent la collecte et la diffusion des rapports nationaux sur la transparence, la facilitation des déclarations de conformité et la convocation des réunions des Etats parties et les conférences d'examen.

La Convention sur certaines armes classiques (CCW pour Convention on Certain Conventional Weapons en anglais) est un instrument majeur du droit international humanitaire. Regroupant cinq protocoles, le CCW vise à interdire ou à restreindre l’usage de plusieurs types d’armes qui frappent aveuglément la population civile ou qui causent des souffrances inutiles aux combattants. Depuis 2016, un groupe d'experts gouvernementaux de la CCW (GGE pour Group of Governmental Experts en anglais) examine les défis potentiels posés par les technologies émergentes dans le domaine des systèmes d'armes létales autonomes (LAWS pour lethal autonomous weapons systems en anglais). Toutes les réunions du CCW se tiennent à Genève et sont assurées par l'Unité d'appui à la mise en œuvre de la Convention sur certaines armes classiques, au sein de la branche de Genève du bureau des affaires de désarmement.

Pour les questions relatives aux Armes légères (SALW pour Small Arms and Light Weapons en anglais) et au Traité sur le commerces des armes (TCA), le Bureau de Genève assure tant la liaison avec le Bureau des affaires de désarmement à New York qu'avec les organisations internationales et non-gouvernementales basées à Genève, et représente le Bureau dans les réunions à Genève.

L'ONU Genève accueille aussi d'autres réunions relatives au désarmement, comme certaines sessions du Conseil consultatif pour les questions de désarmement, certaines sessions du Comité préparatif des conférences de révision du Traité sur la Non-Prolifération des armes nucléaires (NPT pour Nuclear Non-Proliferation Treaty en anglais), ainsi que d'autres groupes d'experts et des séminaires.