Aller au contenu principal
A few gentlemen sit around a table and discuss.

La Société des Nations n'a pas cessé ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale, bien que le conflit ait considérablement affecté son travail. Le Secrétariat est resté à Genève, tandis que certains membres du personnel travaillaient dans des bureaux établis à Londres, Washington, DC, et sur le campus de l'Université de Princeton aux États-Unis.

Lorsque la Charte des Nations Unies est entrée en vigueur le 24 octobre 1945, la Société des Nations était toujours active. Pendant quelques mois, les deux organisations ont coexisté. En avril 1946, 35 des 46 États membres se sont réunis à Genève pour approuver formellement la dissolution de la Société.

« Ce n'est pas la Société qui a échoué. Ce ne sont pas ses principes qui ont fait défaut. Ce sont les nations qui l'ont négligée. Ce sont les gouvernements qui l'ont abandonnée.

Joseph Paul-Boncour, délégué de la France, lors de la dernière session de l'Assemblée en avril 1946

Ce sentiment était partagé par de nombreux observateurs à l'époque. Quelques mois plus tard (en septembre 1946), Winston Churchill déclarera : « [ L]a Société n'a pas échoué à cause de ses principes ou de ses conceptions. Elle a échoué parce que ces principes ont été abandonnés par les États qui l'ont fait naître, parce que les gouvernements de ces États ont craint d'affronter les faits et d'agir tant qu'il restait du temps.

Lors de la dernière session de l'Assemblée, Andres Pastoriza, le délégué de la République dominicaine, a souligné l'héritage de la Société : « Aujourd'hui, personne ne nie que la Société des Nations a rendu un service utile à l'humanité et largement contribué à la création d'un esprit de coopération active pour la promotion des droits de l'homme, pour un échange culturel entre les nations, pour la solution satisfaisante des différends judiciaires internationaux, pour la promotion des intérêts du travail, pour le contrôle des drogues dangereuses, pour l'échange de biens utiles informations dans le domaine de la santé et en rapport avec certaines questions économiques et financières ». Bien que la Société n'ait pas rempli son mandat, l'expérience acquise a joué un rôle important dans l'établissement des bases du système international construit après la Seconde Guerre mondiale.

La fondation de l'ONU

L'héritage de la Société

A black and white photography of the Palais des Nations.

 

L'ONU n'a officiellement aucun lien avec la Société des Nations. Cependant, certains actifs – comme le siège de la Société à Genève, le Palais des Nations – ont été transférés à l'ONU. Dans certains cas, les activités gérées par la Société ont également été prises en charge par les Nations Unies ou par des organes faisant partie du système des Nations Unies. Par exemple, le travail de la Société dans des domaines tels que la protection des réfugiés , la santé mondiale, la lutte contre le trafic de drogue, la coopération intellectuelle (en anglais) et le développement social et économique a ouvert la voie aux activités des Nations Unies. Sans surprise, certains anciens membres du personnel de la Société et diplomates qui ont travaillé avec la Société ont joué un rôle important dans les années de formation des Nations Unies.

Malgré des similitudes, le fonctionnement de la Société des Nations et de l'ONU est très différent. Parmi les principales différences figurent la règle de l'unanimité à la Société des Nations par rapport à la règle de la majorité à l'ONU ou la compétence du Conseil de sécurité de l'ONU à prendre des décisions contraignantes dans certaines circonstances. Cependant, comme l'a fait remarquer Robert Cecil, « sans la grande expérience de la Société, les Nations Unies ne pourraient jamais voir le jour ». Bien qu'elle soit trop souvent associée à un simple échec, la « grande expérience » de la Société représente un chapitre crucial de l'histoire du multilatéralisme moderne, et son héritage est encore tangible aujourd'hui.