Aller au contenu principal
Sphere

La Société des Nations (1920 – 1946) a été la première organisation intergouvernementale créée « pour promouvoir la coopération internationale et réaliser la paix et la sécurité internationales ». Elle est souvent qualifiée de «prédécesseur» des Nations Unies.

Son document fondateur – le Pacte de la Société des Nations – a été rédigé lors des négociations de paix à la fin de la Première Guerre mondiale. Il était composé de 26 articles et couvrait de nombreux aspects de l'organisation, tels que les conditions d'adhésion, les fonctions des principaux organes, les mécanismes de règlement pacifique des différends internationaux et les obligations des États membres. Le Pacte contenait également les grands principes sur lesquels la Société a été construite.

Objectif

La création de la Société des Nations a marqué une nouvelle ère de coopération multilatérale. Le Pacte oblige ses États membres à tenter de régler pacifiquement leurs différends. En adhérant à la Société, les États membres ont également renoncé à la diplomatie secrète, se sont engagés à réduire leurs armements et se sont engagés à respecter le droit international. Chaque État s'est engagé à respecter l'intégrité territoriale et l'indépendance politique de tous les membres de la Société. En établissant un lien de solidarité entre les États membres, la Société est considérée comme la première tentative de construire un système de sécurité collective. Ce principe repose sur une idée simple : un agresseur contre n'importe quel État membre doit être considéré comme un agresseur contre tous les autres États membres.

La Société des Nations était également chargée de superviser le système des mandats. Les « territoires sous mandat » étaient d'anciennes colonies allemandes et des territoires ottomans placés sous ce que le Pacte appelait la « tutelle » des puissances mandataires jusqu'à ce qu'ils puissent devenir des États indépendants.

Bien que le Pacte se concentre sur la prévention des conflits et le règlement pacifique des différends, certains articles font référence au rôle de la Société dans la promotion de la coopération internationale dans des domaines tels que la santé, le trafic de drogue, le transit, la liberté de communication et la traite des êtres humains. Les efforts dans ces domaines sont devenus de plus en plus importants au fil des ans et, dans certains cas, ont ouvert la voie à la création d'entités des Nations Unies, telles que les institutions spécialisées et les fonds et programmes des Nations Unies.

Certaines responsabilités ont été attribuées à la Société par d'autres instruments internationaux, tels que les traités de paix signés à Paris. En 1920, le territoire de la Sarre est placé sous l'administration de la Société jusqu'à la tenue d'un plébiscite pour décider de son avenir. La Société a également supervisé la Constitution de la Ville libre de Dantzig et la mise en œuvre des traités de minorité. Les traités ont été signés après la conférence de paix à Paris et ont radicalement changé les frontières en Europe.

Adhésion

La Société des Nations a officiellement vu le jour le 10 janvier 1920. Le 15 novembre 1920, 41 États membres se sont réunis à Genève pour l'ouverture de la première session de l'Assemblée. Cela représentait une grande partie des États existants et correspondait à plus de 70 % de la population mondiale.

Officiellement, la Société était une organisation à vocation universelle. L'organisation était ouverte à "tout État, Dominion ou Colonie pleinement autonome" , à condition qu'il remplisse certaines conditions et obtienne une majorité des deux tiers des voix en faveur de son admission. Au total, 63 États sont devenus membres de la Société des Nations (avec au plus 60 à la fois), ce qui représente une grande majorité des États existant à cette époque. Cependant, la Société n'a jamais réussi à devenir une organisation véritablement universelle. Par exemple, les États-Unis n'ont jamais rejoint l'organisation et une grande partie du monde est restée sous domination coloniale.

Informations complémentaires

La plate-forme des archives de l'ONU à Genève permet de naviguer et de rechercher environ 10 kilomètres linéaires d'archives , gérées par la Bibliothèque et les archives de l'ONU à Genève , qui comprennent différentes collections telles que les mouvements pacifistes du XIXe siècle, la Société des Nations, l'ONU Genève et différentes entités basées à Genève.

Les Archives de la Société des Nations sont inscrites au Registre de la Mémoire du monde de l'UNESCO qui répertorie le patrimoine documentaire d'une valeur exceptionnelle. Grâce au projet LONTAD (en anglais), l'intégralité des archives de la Société des Nations sera disponible en ligne . Cela représente près de 15 millions de pages, 15 000 cartes et 3 000 photographies.

N'hésitez pas à consulter les guides de recherche préparés par UN Library & Archives Geneva si vous souhaitez plus d'informations et de ressources.